La régulation des crues par l’Entente-Oise-Aisne: explications !!!

 

 

 

 

Les pluies de ces derniers semaines et mois impliquent des sols saturés en eau. Aussi, celles de ces derniers jours font monter inévitablement les niveaux de l’ensemble des cours d’eau du bassin versant de l’Oise.

Les niveaux d’eau observé à l’Isle-Adam sur la rivière Oise (4,30m) sont des niveaux de crue de retour 5 ans environ.

Sur notre territoire, en l’état actuel de la situation, seuls quelques cheminement le long de l’Oise et certains champs sont inondés par débordement ou remontée de la nappe. Les niveaux du cours d’eau vont rester hauts pendant encore quelques jours jusqu’à une décrue progressive si les conditions météorologiques sont favorables. Vous pouvez vous tenir informé de la situation en consultant le site www.vigicrue.fr ou sur le site de l’Entente Oise Aisne https://www.oise-aisne.net/

Les crues sur le bassin versant de l’Oise sont gérées par l’Entente Oise Aisne qui vous explique ci dessous la régulation des crues par les ouvrages qu’elle a construit ces dernières années.

https://www.oise-aisne.net/2020/03/09/pourquoi-l-entente-ne-r%C3%A9gule-pas-les-crues-en-cours/

Pourquoi l’Entente ne régule pas les crues en cours ?

Cet hiver est marqué par des crues à répétition sur le bassin Oise Aisne : déjà une première alerte avait eu lieu en décembre puis nous subissons une série de quatre crues successives entre février et mars. Des questions se posent parmi les riverains, notamment le long de la Serre aval (02), territoire qui pourrait bénéficier d’une régulation de l’ouvrage récemment inauguré de Montigny-sous-Marle.

Plus en aval, quelques riverains sont toujours inondés depuis maintenant un mois à Appilly (60). Pourquoi l’Entente ne régule pas ces crues tandis que les ouvrages sont disponibles ? Ce questionnement légitime appelle une réponse que nous souhaitons détaillée, au-delà d’un communiqué diffusé largement la semaine dernière auprès de la presse régionale.

Les barrages de Proisy et Montigny-sous-Marle permettent de stocker un volume de crue le temps que le pic passe dans les territoires aval sans trop de dommages. Disposant d’une vanne, ils peuvent être activés à tout moment. Le recours à la régulation répond pourtant à trois principes convergents.

 

1 — un principe d’optimum économique

Plus une crue est importante, plus elle est rare, plus elle génère du dommage. Si le barrage régule une petite crue, fréquente, il n’épargne que peu d’enjeux (pourquoi pas ? ça répond à une demande). Il est impossible de connaître a priori le volume de la crue qui descend les vallées et donc nous ne sommes pas en capacité de pouvoir adapter la gestion de l’ouvrage à la crue qui se présente. De plus, une petite crue peut être suivie d’une seconde qui arriverait sur le barrage avant que celui-ci ait vidangé le volume précédemment retenu. C’est pourquoi la consigne est fixe : l’ouvrage régule à partir d’un débit fixé au règlement d’eau (un arrêté préfectoral qui définit la façon dont l’ouvrage est géré) et retient l’excédent du pic de crue tant que la retenue n’est pas pleine. Cette fenêtre d’efficacité a été calée au vu des enjeux dans les vallées plus en aval et de la rareté des crues qui les inondent. Les deux barrages régulent des crues environ décennales (que nous observons une fois tous les 10 ans en moyenne) et saturent pour des crues d’une période de retour d’environ 30 ans (Montigny-sous-Marle) à 50 ans (Proisy). Pour des crues de moindre ampleur, les ouvrages laissent passer pour préserver leur capacité en cas de crue supérieure à venir. Il serait malheureux d’avoir tenté de réguler une petite crue qui ne crée que peu de dommages pour saturer très rapidement en cas de survenance rapide d’une forte crue tandis que l’ouvrage est plein, avec pour conséquence des dommages tels que ceux vécus en décembre 1993 et que les plus anciens ont encore en mémoire. C’est le principe du « fusil à un coup » : il n’y a qu’une cartouche, il faut avoir quand la tirer. La succession de crues, comme c’est le cas depuis début février, nous légitime dans l’application des principes fixés au règlement d’eau (pour laquelle des quatre crues aurions-nous rempli les barrages ?)

Parmi les crues de cet hiver, la plus forte fut la seconde du mois de février, avec une période de retour, au droit des ouvrages, d’environ 2 ans sur Proisy et 3 ans sur Marle. Pour se préserver de ces crues fréquentes, les barrages ne sont pas adaptés, il convent de s’orienter vers d’autres outils.

 

2 — un principe de solidarité face au risque

Suite à des dommages d’inondation, les communes font remonter les demandes de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Un comité interministériel statue sur ces demandes en appréciant le caractère au moins décennal de l’événement. Autrement dit, la mobilisation de la couverture assurantielle dite « CATNAT » ne s’envisage que pour des événements que l’on n’observe en moyenne qu’une fois tous les dix ans. Si le phénomène est plus fréquent, la solidarité ne joue pas. Or les barrages ont été cofinancés en partie par un soutien du fonds « Barnier » (taux de 40%), constitué d’un prélèvement sur le fonds CATNAT. Il est cohérent d’appliquer le même principe de rareté pour l’activation des ouvrages de prévention que pour les indemnisations après sinistre.

 

3 — un principe d’équité agricole

L’eau des pics de crue retenue dans les barrages, aggrave les conséquences des inondations sur de nombreuses parcelles agricoles. De tels terrains sont naturellement inondables mais rajouter jusqu’à 5m d’eau et prolonger de plusieurs jours cette stagnation, aggrave les dépôts de limons, sature durablement les sols et, en cas de culture en place, en condamne toute reprise. L’impact sur l’agriculture est indéniable, la régulation étant parfois présentée comme un « transfert de risque » (pour préserver des zones urbanisées, on aggrave les conséquences sur des terres agricoles). Ce principe, qui n’est d’ailleurs permis au Code rural que par exception en vue de lutter contre les inondations, suppose la mise en place de servitudes agricoles et de leur indemnisation. Au-delà de la légitime compensation financière, les agriculteurs ne demandent qu’à … cultiver. Sacrifier leur travail ne peut se faire qu’à titre exceptionnel. Un sacrifice une année sur dix en moyenne est jugé acceptable par la profession, une fréquence plus élevée posant question sur le maintien de l’activité dans la zone de retenue.

L’Entente, consciente que sa politique de régulation des crues repose sur l’acceptabilité agricole, a posé ce principe négocié très en amont de ses premières réalisations, dès 2003. Et les deux barrages de l’Entente n’ont pu être réalisés qu’au vu d’accords avec la chambre d’agriculture assis sur le respect de ce principe. Envisager de réguler des crues plus fréquentes — et donc plus souvent — briserait le pacte de confiance et remettrait en cause toute la logique de régulation à l’échelle du grand bassin de l’Oise.

 

Si les crues au droit des barrages ne sont pas exceptionnelles, il se peut que plus en aval, les pics stagnent sur les secteurs de vallée de très faible pente (secteur de la Serre en aval de Crécy-sur-Serre et de l’Oise moyenne entre La Fère et Noyon) de sorte que des crues successives et rapprochées ont pour conséquence une accumulation de masses d’eau quasi-stagnantes. Les niveaux peuvent alors atteindre des cotes sensibles comme à Pont-à-Bussy (02, Serre aval) où la cote observée ce dimanche se situe 18 cm sous la crue record de décembre 1993. Ce niveau s’observe tous les 5 à 10 ans.

Lorsque des enjeux sont sinistrés lors d’événements plus fréquents, la réponse passe par d’autres outils que les barrages de régulation, qui peuvent être des mesures individuelles sur le bâti, des protections de certains secteurs, etc. C’est toute la démarche de prévention globale qui doit statuer sur un ensemble cohérent et complémentaires d’outils, dont de nombreux restent à identifier et réaliser, et qui font l’objet de réflexions partagées au sein des commissions hydrographiques de l’Entente. L’Entente ne réalise pas que des barrages, c’est même la complémentarité des actions examinées à l’échelle du bassin versant qui légitime son existence.

Publié dans Non classé

Réalisation de la 13 ème campagne d’entretien des boisements de berge

Comme chaque année, le SMBO interviendra sur la période hivernale sur les boisements des berges de l’Oise (ripisylve).

IMG_6669

Cette année, la campagne 13 d’entretien traitera un linéaire de 5 945 mètres dont :

  • 1 610 mètres sur la commune de Parmain,
  • 3 295 mètres sur la commune de Pontoise
  • 1 040 mètres sur la commune de Maurecourt.

Pour rappel l’année dernière le SMBO a entretenu les boisements sur les berges de Bernes sur Oise, Persan, Champagne sur Oise et Mours.

L’intervention débutera à compter du 12 Décembre jusqu’au 28 Février par l’entreprise Belbeoc’h spécialisée sur les interventions par voie fluviale.

L’objectif de cet entretien est principalement la sécurité et le maintien de berge mais aussi la mise en valeur paysagère (remontée de couronnes, mise en valeur des plus beaux sujets, ouvertures visuelles sur la rivière). L’intervention aura également un objectif écologique avec la diversification des strates végétales par le développement d’un couvert herbacé et arbustif par la suite très favorable à la faune se servant des berges comme corridor écologique.

Pour toute information, vous pouvez contacter les services du Syndicat.

Publié dans Non classé

Inauguration des travaux de restauration du mur du Cabouillet et de l’ile de la Cohue à l’Isle-Adam

Samedi 13 avril, les travaux du Syndicat ont été inaugurés en présences de l’ensemble des élus des communes et intercommunalités riveraines de l’Oise et partenaires financiers : Madame Stéphanie VON EUW (Vice-Présidente de la Région Ile-de-France), Madame Christine CAVECCHI (Présidente du Conseil Départemental du Val d’Oise), Monsieur Sébastien PONIATOWSKI (Maire de L’Isle-Adam).

La cérémonie s’est tenue sur l’Ile de la Cohue.

Retour en image de cet évènement.

retour en image Cabouillet

 

Article du Parisien sur l’évènement

Capture

Publié dans Non classé

La restauration du mur du Cabouillet à L’isle-Adam étape par étape

Après 8 mois de travaux, la restauration du mur du Cabouillet s’est achevée au printemps dernier.
Les crues de décembre 2017 et janvier 2018 ont fortement impactées le chantier (décrue de l’Oise jusqu’en mars 2018).
Voici un récapitulatif des travaux allant de l’état initial à la pose du garde-corps finale.

 

État initial

IMG_0001

 

Étapes de la restauration

Plan de travail 1

Plan de travail 2

Publié dans Non classé

Les travaux du Syndicat dans le Parisien

le syndicat mixte des berges de l’Oise fait parler de lui.

Le journal le Parisien à publié le 21/09/2018 un article sur les travaux en cours sur la commune d’Auvers-sur-Oise et les futures actions sur l’ile de la Cohue à L’Isle-Adam.

20180921 - Article le Parisien - aménagements Auvers et Cohue

Publié dans Non classé

Travaux de restauration et de protection de berges 2018

Le Syndicat mixte des berges de l’Oise va réaliser à partir de septembre prochain, 4 opérations de confortement et de protection des berges de l’Oise  sur 4 communes riveraines de l’Oise :

- Site n°1 : Commune de l’Isle Adam – Ile de la Cohue

- Site n°2 : Commune de Jouy-Le-Moutier

- Site n°3 : Commune d’Auvers-sur-Oise

- Site n°4 : Commune de Mériel

 

SITE N°1 : La commune de l’Isle Adam – Sud de l’Ile de la Cohue (en face du Muret du Cabouillet)

Montant des travaux : 108 013 € HT

Objectifs des travaux :

Retravailler la berge pour créer une plage alluviale et permettre à une roselière de s’installer.

Un ponton d’observation sera implanté en haut de berge.

Isle  adam2

 

Isle Adam1

 

SITE N°2 : La commune d’Auvers sur Oise – quartier Valhermeill

Montant des travaux : 68 900 € HT

Objectifs des travaux :

L’objectif sera de reculer les clôtures de manière à disposer d’une emprise suffisante pour restaurer écologiquement les berges érodées et rétablir une servitude de marchepied réglementaire. Une intervention sur le talus et la pose d’enrochements en pied de berge permettront de protéger durablement le cheminement.

Auvers 2

Auvers 1

 

SITE N°3 : La commune de Jouy le Moutier

Montant des travaux : 27 500 € HT

Objectifs des travaux :

Les travaux auront pour objectif de sécuriser le cheminement par comblement et taluter l’encoche avec une protection du pied de berge avec des enrochements et en reculant la clôture du riverain pour récupérer les 3.25 m de la servitude de contre-halage.

Jouy1

Jouy2

SITE N°4 : La commune de Mériel

Montant des travaux : 9 110 € HT

Objectifs des travaux :

Les travaux consistent à protéger le cheminement en intervenant sur l’encoche d’érosion. La pose de blocs permettra de protéger la berge durablement.

Mériel2

Mériel1

 

Publié dans Non classé

Article le parisien : la réparation de l’embarcadère se profile enfin

Sans titre - 2

 

 

Publié dans Non classé

Prévention et gestion des déchets issus des crues

Les récentes crues de l’Oise et de ses affluents, ont amené les pouvoirs publics et collectivités locales à revoir la gestion et la prévention du risque inondation qui laisse des marques visibles dans les mémoires et également dans le paysage et plus particulièrement les déchets bloqués sur les berges que l’on appellent « laisses de crues ».

Cette affluence de déchets représente un coût et une action non-négligeable pour les communes.

2016,déchet,ramassage ,avant,22-03-2016_05 2016,déchet,ramassage ,avant,22-03-2016

Exemple de déchets flottants piégés dans les enrochements à Parmain qui sont enlevé par le SMBO

 

Ainsi, La Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie (DRIEE) d’Ile de France a publié un édito sur la gestion des déchets après la crue. En rappelant les différentes étapes et la réglementation qui est à adopter lors de ces épisodes de crues.

Deux guides sont également à disposition pour permettre aux collectivités de trouver des pistes et mieux gérer cette problématique

Le guide du CEPRI (Centre Européen de Prévention du Risque d’Inondation)  » Les collectivités territoriales face aux déchets des inondations : des pistes de solutions, guide de sensibilisation » 

Guide ministériel des déchets post catastrophe

La Région Ile-de-France peut financer à hauteur de 80% les dépenses d’investissement en matière de luttes et de limitation des dépôts sauvage. (barrières, blocs, caméras, panneaux d’information…).

Le Syndicat des Berges de l’Oise réalise des campagnes de ramassage de déchets flottants captés dans les aménagements de berge qu’il a réalisé.

La réalisation de campagne de ramassage de grande envergure à l’échelle de son périmètre d’intervention est actuellement à l’étude.

 

 

Publié dans Non classé

Entretien des perrés à Pontoise et Parmain

Fin 2017, le SMBO à réalisé une campagne d’entretien des perrés de certains ouvrages de l’Oise.

Ces perrés sont des protections situées à la base des murets de soutènement des ponts et routes.

Il est important de couper régulièrement la végétation afin de limiter le développement des ligneux qui pourraient à terme déstabiliser le muret et ainsi s’effondrer.

Dans ce sens, une opération d’abattage à été réalisée sur les communes de Pontoise et de Parmain.

IMG_0628  IMG_0630

Perrés de Pontoise après intervention

 

Publié dans Non classé

Réalisation de la 11ème campagne d’entretien des boisements de berge en cours

Dans le cadre de la 11ème campagne d’entretien de la ripisylve des berges de l’Oise, le Syndicat Mixte réalise depuis le début du mois de décembre des interventions sur la partie nord du territoire.

L’entretien se déroule sur les communes de : Asnières sur Oise, Noisy sur Oise, Beaumont sur Oise, Bruyères sur Oise et Saint Ouen l’Aumône soit un linéaire de 10.3 km de ripisylve (boisement de bord de rivière).

Cette entretien vise à entretenir le boisement situé dans le talus et sur la servitude afin de :

  • Couper les arbres les plus dangereux pour la sécurité des biens et des personnes,
  • Sélectionner les plus beaux sujets,
  • Diversifier les strates de végétations (herbacée, buissonnante et arborée) afin d’optimiser le maintien de berge.
  • Conserver un corridor biologique pour la faune.
  • Créer des ouvertures visuelles dans la berge.

P1070168

P1070164

Interventions par voie fluviale sur la commune de Noisy sur Oise

 

Pour toutes informations, les services du Syndicat se tiennent à votre disposition.

Publié dans Non classé